September 15, 2009

Jack and Gilles

Jack and Gilles went up the hill
to fetch a deal with Stephen
Jack fell down just like a clown
as all his voters listened

Up Jack got and home did trot
claiming he got Steve to dance
but in the end he could only pretend
that he really had a chance

Gilles came in and he did grin
adding the vote of the Bloc
with their support he could report
on Friday there'd be a menage-a-trois

Gilles did laugh and Jack did cry
as NDP hopes slipped away
Steve's alive, for now he's survived
but Michael Ignatieff will win the day.

2 Commentaires:

Blogger jonathan a dit...

Bonjour,

Layton a manqué d'à-propos et de jugement. Il n'a pas vu venir le coup sortir, il est resté coi et surpris. Probablement trop sûr de lui dans son rôle de chef de l'opposition "officieuse" qu'il tenait à l'époque de Stéphane Dion.
Il fallait s'attendre que Harper ne lui donne pas grand chose. Que pour sauvver la face, il devait attaquer férocement Ignatieff. Le diaboliser férocement comme un arrogant belliciste. Le message aurait bien passer. Trois élections en trois ans, c'est lourd pour le citoyen moyen. Ignatieff a perdu des plume dans les sondages quand il a signalé fermement son intention de renverser le gouvernement. etc.

Ignatieff c'est une balloune à dégonfler, qui va se dégonfler. Il a exactement eu la même allure idiote que Mario Dumont quand il a voulu faire tomber le gouvernement sur la question des commissions scolaires. Il est clair que ce type-là a une main très faible sur son parti que, n'ayant pas été nommé à la suite d'une course à la chefferie, il est trop dépendant de "barons" qui rêvent à voix haute d'être le chef du PLC comme Coderre ou Leblanc. En plus de ses propes erreurs: avoir laissé les députés de Terre-Neuve voter contre le budget... La seule protection, la seule garantie de l'autorité d'un chef de partie, c'est sa mainmise sur son caucus de députés.
Tout cela le rend très fragile et indique que le forceps des libéraux ressemble plus à un compromis à des mouvements internes incontrôlés qu'a une stratégie murie par l'état-major d'Ignatieff.
En plus , il y a sa crédibilité. Un type qui a passé vingt ans dans le monde Universitaire anglais et américain pour débarquer tel un cheveu su la soup à la dernière minute comme sauveur. Ça ne passera pas auprès de l'électeur moyen, et ses publicités, en anglais surtout, sont loin de dissiper le malaise.
Comment pourra t-il fédérer autour de lui le courant d'opinion opposé à Stephen Harper, lui qui a fait plein de déclarations d'amour émues aux États-Unis , qui a écrit un livre (the lesser evil) qui aurait pu être le livre de chevet de Rumsfeld et Cheney. Tout cela n'a pas encore fait l'objet d'une publisté, mais cela va bien sortir un jour et il va être réduit à éteindre des feux partout.

9/16/2009 10:09 a.m.  
Blogger Anthony a dit...

jonathan c'est bien facile a faire des points quand vous inventez des choses.

Tu devrais lire les livres sur la torture. Le livre The Lesser Evil en fait termine en disant que meme si la torture est une option, utilisant cette option nous rend incivilise, que ca descend les pays occidentaux aux meme niveau que les terroristes de Al Qaeda.

Pour se rendre a une telle conclusion, Ignatieff a donne les faits en faveur de la torture et celles contre la torture.

Monsieur et Madame tout-le-monde nàuront pas le temps de lire tout les livres de Michael Ignatieff. Mais c'est un homme de conviction qui presentera sa vision et on pourra le comparer a Stephen Harper et les Canadiens prendront une decision. M. Harper est Premier Ministre pour 4 ans. 2 fois il a fait declencher une election premature et les Liberaux aucune.

Monsieur Harper n'a pas ete puni pour avoir declencher une election plus tot que prevu. Monsieur Ignatieff ne sera pas puni non plus.

9/16/2009 12:36 p.m.  

Post a Comment

<< Home