February 7, 2006

Premiers commentaires sur le nouveau Cabinet Harper

Le nouveau Cabinet de M. Harper est pour le moins surprenant. Oublions le fait qu’il n’y a plus de ministre du multiculturalisme, que seulement six ministres parlent un français acceptable, que les femmes n’occupent que des postes symboliques et que la ministre du Patrimoine Canadien ne parle PAS français.

Ce qui est le plus troublant est certainement la nomination de Michael Fortier au Sénat et au poste de Ministre des Travaux Publics et des Services Gouvernementaux (TPSGC). Il serait important de vous expliquer qui est ce Michael Fortier que seul peu de gens connaissent puisqu’il n’a pas cru bon se présenter et faire face à l’électorat. Il est essentiellement qu’un organisateur du Parti Conservateur. Il est derrière la course à la chefferie de Stephen Harper et l’organisateur en chef de la dernière campagne conservatrice.

Vous rappelez-vous du dernier ministre de TPSGC qui cumulait également les fonctions d’organisateur en chef pour une campagne. Si vous avez suivi la commission Gomery, vous saurez qu’il s’agit bien d’Alfonso Gagliano. Ce dernier regrettait amèrement d’avoir cumulé les deux fonctions car les conflits d’intérêt peuvent paraître nombreux. Travaux Publics et Services Gouvernementaux Canada est responsable de tous les achats du gouvernement fédéral, de tous les ministères. Comment pourra-t-il refuser des faveurs aux lobbyistes qui ont si bravement servi la campagne conservatrice ? Ces mêmes lobbyistes qui représentent des fournisseurs du gouvernement, donc des gens qui traitent avec TPSGC ? On peut se rappeler d’un ancien ministre de travaux publics conservateur que l’on surnommait Ti-Roch, Roch Lasalle. Il avait été impliqué dans de nombreux cas de favoritisme.

M. Harper n’a vraiment rien appris de la commission Gomery et de ce que je considère comme une erreur de M. Chrétien : nommer l’organisateur en chef ministre de TPSGC.

La nomination du Ministre de la Défense fait également sourciller. Je ne doute pas des états de service de Gordon O’Connor à titre de militaire. Il a certainement servi notre pays brillamment. Ce que je déplore c’est son association au monde des lobbyistes. Jusqu’à son élection, M. O’Connor était associé chez Hill and Knowlton Canada et représentait des fournisseurs du domaine militaire. Comment peut-il nous faire croire qu’il ne sera pas reconnaissant envers ses anciens clients qui lui ont permis de si bien gagner sa vie lors des dernières années ? Un nouveau scandale Oerlikon à l’horizon ? Les lobbyistes d’Oerlikon sont Hill and Knowlton…

M. Harper veut empêcher les ministres et leur personnel de travailler comme lobbyistes pendant cinq ans après leur départ du gouvernement plutôt que les 12 mois présentement en vigueur. Il nous explique qu’ils ont encore beaucoup trop de liens avec l’appareil gouvernemental et que du copinage serait possible. Prenons sa logique, comment peut-il nommer un ancien lobbyiste qui n’a quitté son emploi que depuis 18 mois et croire qu’il n’a plus de liens avec son ancienne boîte ? Soit M. Harper est hypocrite, soit il est vraiment crédule…

Le fameux « Ethics Package » dont parlait M. Harper durant la campagne se révèle n’être qu’un écran de fumée. Dix minutes après avoir être arrivé au sommet, il commence déjà à récompenser ses fidèles.

Alex

2 Commentaires:

Blogger Ophélie Lechat a dit...

Je ne suis pas moi-même membre (ni nécéssairement une grande fan) du PLC, mais je suis bien contente d'avoir trouvé ce blog... Très interessant, en effet, que Harper commence à trahir la confiance des Canadiens seulement quelques jours après son élection.

2/07/2006 10:03 AM  
Anonymous Anonymous a dit...

Poves ptits libéraux, vous êtres frustrés d'avoir perdu. C'est vrai que c'est plus dur de s'en mettre plein les poches quand on est dans l'opposition.

2/10/2006 1:19 PM  

Post a Comment

<< Home